accueil CV
recherche personnelle
peintures
sculptures
installations récentes
précédent     suite

email="">


                                 
arbre de vie  

LIEU:

Cimetière de la ville haute   Saint-Flour (Cantal)

Chemin d'Art 2OO6

MATERIAUX

 bois, miroirs, clous, H : 7,5 m -    
                                         
  






PRESENTATION

Arbre de Vie

C’est un arbre mort, mais un arbre resté debout. Il n’a pas de nouvelles feuilles, il n’est pas redevenu vert. Son corps reste mort, mais une nouvelle vie se manifeste par de petits éclats
qui émaillent sa surface et qui, de loin, attirent l’œil. Par temps couvert, c’est un
« bruissement » de lumière. Par grand soleil, ce sont de petites lumières vives,
changeantes, peu nombreuses.

L’ensemble reste discret. C’est une invitation à la réflexion, au recueillement. Un
questionnement sur la mort, la vie, sur ce qui reste - ou ne reste pas - après le grand départ.
Un questionnement métaphysique et ouvert…

Nous sommes à l’intérieur du cimetière, et cette question prend ici tout son sens.

The Tree of Life

It’s a dead tree but a tree that’s still standing. It has no new leaves. It is no longer green.
Its body is dead but a new life can be seen in the tiny shards that cover its surface and that, from a distance, attract the eye. When the sky is gray, it is a “flutter” of light. In the sunshine
it sparkles with a small number of tiny, bright and changing lights.

The overall effect of the work is discreet. It is an invitation for thought, for contemplation,
on the question of death, life, what remains-or is lost- after the great departure. It’s a metaphysical and open question…

We are inside a cemetery and here this question finds its true meaning.


VIDEOS: Vidéos de quelques secondes.
ATTENTION:
Après avoir vu la vidéo, appuyez sur la flèche en haut et à gauche
de l'écran pour revenir sur le site.
vidéo1: tout l'arbre
vidéo2:  partie de l'arbre


AUTRE TEXTE    


André Maigne a choisi cette année le cimetière, avec un arbre mort dressé, comme le mat d’une frêle embarcation perdue au milieu des mers. Ici, ce n’est pas la mer qui brille de mille reflets, mais l’arbre entièrement recouvert de facettes réfléchissantes. Arbre symbolisant à la fois la mort et la vie, cette œuvre, selon le point de vue d’où on la regarde, pousse le spectateur à la réflexion existentielle comme une vanité nous donne à voir bien au-delà de la simple ressemblance.

Christian Garcelon
Inspecteur et conseiller arts plastiques
 DRAC d’Auvergne
RETOUR installations