accueil CV
recherche personnelle
peintures
sculptures
installations récentes
 précédent     suite    

email



espoir









 15 m de long - matériel de jardinage-
Chemin d'Art 2005 Saint-Flour



     




                                                                              André MAIGNE Voie lactée 100m x20mm, miroirs sur l'eau

                          

VIDEOS: Vidéos de quelques secondes.

ATTENTION:
Après avoir vu la vidéo, appuyez sur la flèche en haut et à gauche de l'écran pour revenir sur le site.
vidéo1: tout l'arc 
vidéo2: partie
PRESENTATION

 Le pont vieux reste marqué par son histoire, en particulier par le souvenir de la recluse. Cette jeune fille, choisie par la population pour ses qualités, la pureté et la générosité en particulier, avait la tâche bien lourde de protéger par ses prières une ville menacée par tous les périls qui ont marqué le Moyen-Âge : la famine, la maladie, la guerre. Pendant trois siècles les recluses se sont succédées, les rigueurs du climat, et les conditions de vie amenant une mort rapide.

 

Comment rendre cette spiritualité qui imprègne encore le lieu ? J’ai choisi la lumière. Un arc-en-ciel qui vous suit lorsque vous traversez le pont, qui auréole l’endroit triangulaire où était la maison minuscule. Un arc-en-ciel qui symbolise l’espoir comme dans la bible après le déluge. Non un arc-en-ciel peint. Un véritable arc-en-ciel qui est tributaire du soleil, qui exige le bon angle, qui demande de la patience. Un arc-en-ciel qui est donc souvent absent. Un arc-en-ciel qui semble avoir des instants de doute. Comme la recluse probablement.

 

S’il veut retrouver cet instant de grâce, le spectateur devra lui aussi, savoir attendre le bon jour, le bon moment, trouver le bon endroit. »

 


AUTRE TEXTE
E
Espoir d’André Maigne, discrètement insdiscrètement installé sur le Pont-Vieux, concentre au plus haut degré tous les éléments de cette édition. Le spectateur est pris dans un dispositif à la fois modeste et complexe qui lui permet de voir un arc-en-ciel en fonction de l’état de la lumière et de sa propre position sur le pont. L’œuvre déconcerte, le dispositif technique de la brumisation est déconnecté de l’effet lumineux qu’elle produit. L’œuvre se mérite, elle exige du spectateur la sérénité et la patience, mais elle le récompense à la mesure de son investissement. Espoir, au plus loin des tentations nihilistes, montre que l’art contemporain peut être aussi un vrai cheminement vers la lumière. Déconcertation, chemin, lumière : on tient là le fil conducteur d’une manifestation attachée à la continuité d’une démarche et au souci de l'innovation.

Sophie Biass-Fabiani
Conseiller arts plastiques musées
DRAC Auvergne

RETOUR installations